Oasis des artistes: Poésie en ligne, Concours de poèmes en ligne - 6525 membres !
S'inscrire
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 


Mot de passe perdu ?
Inscrivez-vous !
Petites annonces
Qui est en ligne
280 utilisateur(s) en ligne (dont 185 sur Poèmes en ligne)

Membre(s): 0
Invité(s): 280

plus...
Choisissez
projet univers.jpg
Hébergez vos images
zupimages
Droits d'auteur


Copyright



Index des forums de Oasis des artistes: Le plus beau site de poésie du web / Poésie, littérature, créations artistiques...
   Contes et nouvelles (seuls les textes personnels sont admis)
     21 ans ou le "bel √Ęge"
Enregistrez-vous pour poster

Par conversation | Les + récents en premier Sujet précédent | Sujet suivant | Bas
Expéditeur Conversation
tatsy
Envoyé le :  24/8/2009 14:04
Plume de platine
Inscrit le: 25/11/2007
De: l√† o√Ļ nul ne peut me voir, dans le secret de mon √Ęme
Envois: 5776
21 ans ou le "bel √Ęge"
Qu'est-ce que ça fait? Un peu plus, un peu moins...

Elle r√©fl√©chit, elle ne sait plus les o√Ļ, les comment. Les pourquoi, n'en parlons pas d'avantage, ceux-l√† elle les a tous √©puis√©s, du fin fond de ses nuits sombres o√Ļ le sommeil la fuit, inexorable et implacable...

Elle réfléchit, imagine comment aurait pu être la vie sans Lui... Elle écoute du Roch Voisine en boucle, signe que quelque chose cloche.

Elle a 21 ans, le ¬ę¬†bel √Ęge¬†¬Ľ comme disent les anciens, se rem√©morant les bals, les premiers baisers, premiers √©mois.
Mais pour elle, 21 ans, cela signifie surtout une bonne dizaine d'ann√©es de lutte contre une notion encore tr√®s ¬ę¬†tabou¬†¬Ľ dans la soci√©t√©.

Alcoolisme, crise de nerfs, col√®res en tout genre de Son c√īt√©, toujours plus explosives chaque fois...
Elle a tout essayé, les paroles douces, les cris, les pleurs, rien n'y a fait.
Elle l'a dit, r√©p√©t√© ¬ę¬†c'est sa vie, moi je m'en d√©charge¬†¬Ľ, ne l'a jamais fait. Comment pouvoir abandonner son p√®re √† ce sort de d√©chet humain, un non-destin o√Ļ la picole est plus forte que tout le reste?

Elle en a passé, des nuits à étouffer ses larmes et sa rage dans ses oreillers.

Et puis, la goutte de trop... Lorsque tout s'est encha√ģn√© si vite, la premi√®re fois qu'il levait la main sur sa m√®re -elle le savait, que √ßa arriverait un beau jour. (¬ę¬†Beau jour¬†¬Ľ? C'est quoi cette expression √† la con? C'est quoi pour elle un ¬ę¬†beau jour¬†¬Ľ? Un jour o√Ļ il ne boit pas, o√Ļ il ne s'√©nerve pas pour un rien? Un jour o√Ļ sa m√®re ne s'√©nerve pas, ne la sert pas contre elle pour l'emp√™cher de prononcer l'irr√©parable...).
Un jour elle a dit stop. N'a pas renonc√©, au contraire. S'est renseign√©e, a pass√© des dizaines de coups de fils √† Ses amis psy (-cologues ou -chiatres) . A finit par avouer qu'il √©tait ing√©rable, dangereux pour les autres comme pour lui-m√™me, un suicide par bouteilles vid√©es. L'a fait interner, sous le regard approbateur d'un des psy. Joyeux anniversaire, elle avait ce jour 21ans. ¬ę¬†C'est la meilleure chose √† faire¬†¬Ľ, lui r√©p√©tait-il. Elle a sign√© les papiers qu'il lui tendait, les uns apr√®s les autres, boule au ventre.

Il est parti quatre mois, cure oblig√©e... Elle est all√©e le voir quoi, deux-trois fois. Mais les regards qu'il lui jetait... Comme pour lui dire ¬ę¬†regarde l√† o√Ļ je suis par ta faute! Tu es fi√®re?¬†¬Ľ. On avait beau lui r√©p√©ter qu'elle avait √©t√© formidable, qu'il la remercierait un jour, elle, elle savait.
Elle savait qu'il ne serait rien, que ce serait l'inverse, que tout ressortirait un jour de rechute.

La rechute... On lui a à peine parlé, comme si le terme n'existait même pas. Il allait falloir le soutenir, l'aider, le comprendre. Mais de rechute, point n'était question. The black hole, quasiment...
Jusqu'√† la premi√®re, toute petite, un verre ou deux, mais l'engrenage reprenait... Doucement, l'alcool a repris du terrain, m√©lang√© aux m√©docs cens√©s √©viter ce type de choses... Ah ah ah... Qu'ils √©taient dr√īles, avec leurs cachetons anti-rechute. Pour un peu, on se serait cru dans une pub pour Petrolhann...

Et puis, il y a les regards. Les paroles, elle passe dessus. Mais les regards... De tous d'ailleurs. Amis, voisins, famille. Incompr√©hension teint√©e de hauteur... ¬ę¬†Elle y a cru, mais que voulez-vous... √áa doit √™tre difficile √† vivre.. .¬†¬Ľ Non non ducon, c'est toujours la f√™te tu ne vois pas?

Et tout garder en elle, toujours. M√™me son copain ne peut pas comprendre. Qui le pourrait, m√™me s'il le voulait? Les doutes, l'appr√©hension de rentrer... D'ailleurs c'est simple, elle ne vient quasiment plus. Un coup de fil vite fait dans la semaine, genre tvb ras, bisous, passe-moi Maman s'il te pla√ģt.
Sa mère qui elle, est en dépression, n'en peut plus, en a trop bavé. Parle de succession avec sa fille, papiers and co...

Joie, bonheur... Merci les parents, a-telle envie de leur dire, parfois... Merci de m'avoir rodée au point que plus rien ne m'atteigne...
Life is fight, merci, j'avais compris...

Elle a surtout envie de partir, d'une vie normale, avec une petite maison dans sa prairie, de son homme qui irait couper du bois pour leur chemin√©e pour pouvoir raconter des histoires aux enfants, bien au chaud, bien prot√©g√©s du monde ext√©rieur et de papy l'alcoolo... Pouvoir oublier cette jeunesse et cette adolescence de larmes et de cris. Se dire que Jamais avec une belle majuscule, elle ne sera comme √ßa avec eux. Ce qu'elle veut pour eux, pour leur futur, ce sont des rires, des courses poursuites, des petites b√™tises qui les feront tous rire, et plus tard, plus tard, les raconter √† leurs amis lors des soir√©es o√Ļ tous se tutoieront, devant cette m√™me chemin√©e...

Elle veut oublier, tout en sachant qu'elle ne pourra pas, qu'elle n'aura pas la force, et que certains soirs, quand elle sera seule, que tout le monde sera couch√©, les larmes de son enfance viendront √† nouveau serrer son cŇďur...

Cette histoire est aussi bancale que ses personnages... Veuillez excuser l'h√©ro√Įne, elle n'a plus la force de construire des phrases coh√©rentes... La faute √† qui, √† quoi, le saura-t-elle jamais?
¬ę¬†Qu'est-ce que √ßa fait? Un peu plus, un peu moins...¬†¬Ľ





Je reviens le temps de poster ce petit bout de rien du tout, le commencement d'un début de fin, peut-être...
Vous me manquez

Katel


----------------
tatsy

"D'une joie même, le souvenir a son amertume, et le rappel d'un plaisir n'est jamais sans douleur" Oscar Wilde

http://tatsy-entre...

timi08
Envoyé le :  24/8/2009 18:50
Plume d'or
Inscrit le: 26/3/2009
De: terre d'Ardenne
Envois: 1662
Re: 21 ans ou le "bel √Ęge"

Amitiés
Thierry


----------------
Ce n'est pas parceque les choses sont difficiles que nous n'osons pas, mais parceque nous n'osons pas qu'elles sont difficiles.

Honore
Envoyé le :  25/8/2009 17:13
Modérateur
Inscrit le: 16/10/2006
De: Perpignan
Envois: 39527
Re: 21 ans ou le "bel √Ęge"
Tu nous conte là une triste histoire qui prouve à quel point les fautes des parents peuvent avoir une énorme influence sur la vie de leurs enfants;
HONORE
Dom
Envoyé le :  8/9/2009 11:30
Plume de platine
Inscrit le: 11/3/2008
De: cadillac
Envois: 4129
Re: 21 ans ou le "bel √Ęge"
Une triste histoire...Tu nous manques aussi...Bises des vignes chère Katel...
tramontane
Envoyé le :  10/9/2009 15:17
Mascotte d'Oasis
Inscrit le: 3/8/2009
De:
Envois: 10183
Re: 21 ans ou le "bel √Ęge"
C'est vrai que le coeur a trés mal apres cette lecture..courage..tu as ta vie a construire. amitié
Par conversation | Les + récents en premier Sujet précédent | Sujet suivant |

Enregistrez-vous pour poster