Oasis des artistes: Poésie en ligne, Concours de poèmes en ligne - 9751 membres !
S'inscrire
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 


Mot de passe perdu ?
Inscrivez-vous !
Petites annonces
Qui est en ligne
25 utilisateur(s) en ligne (dont 19 sur Poèmes en ligne)

Membre(s): 0
Invité(s): 25

plus...
Choisissez
virgule janvier 2015
HĂ©bergez vos images
zupimages
Droits d'auteur


Copyright



Index des forums de Oasis des artistes: Le plus beau site de poésie du web / Poésie, littérature, créations artistiques...
   Nouvelles, histoires courtes (seuls les textes personnels sont admis)
     nouvelle: partie de pĂŞche
Enregistrez-vous pour poster

Par conversation | Les + récents en premier Sujet précédent | Sujet suivant | Bas
Expéditeur Conversation
adn
Envoyé le :  27/6/2007 8:39
Plume de diamant
Inscrit le: 24/6/2007
De: Landes
Envois: 17463
nouvelle: partie de pĂŞche
1


Partie de pĂŞche


Nous avions quitté la route poussiéreuse où Marc avait garé sa GS à l’ombre d’un eucalyptus, et nous descendions rapidement vers l’oued en empruntant les sentiers marqués par les mules et les moutons. Les paillettes de mica des roches que nous côtoyions accrochaient les rayons du chaud soleil de midi. Nous n’entendions d’autre bruit que le bourdonnement des mouches, qui s’élevaient en essaims compacts des crottins que nous enjambions, puis retournaient à leur festin dès que nous étions passés. En contrebas les eaux de l’oued s’écoulaient en miroitant, troublées par moments par les sauts de petites perches «arc-en-ciel ».
« Zut ! En voilà déjà un » s’écria mon ami. « On ne peut décidément pas être tranquille dans ce coin ! C’est bien la dernière fois que je viens tremper du fil par ici ! »
Tournant la tête, je vis à vingt pas de nous celui dont l’arrivée inopinée exaspérait mon compagnon. C’était un garçon d’une quinzaine d’années, vêtu d’une gandoura de coton bleu dont la large poche de poitrine s’ornait de motifs entrelacés. Comme il nous rejoignait en quelques enjambées, ses pieds nus se riant des cailloux de la rive, nous le saluâmes du rituel « salam alaïkoum » (salutation au pluriel car elle englobe l’individu interpellé et ses anges gardiens). La réponse non moins rituelle « ou alaïkoum salam » nous parvint aussitôt et je vis un sourire s’ébaucher sur le visage brun aux yeux noirs, encadré d’une abondante tignasse frisée, dans laquelle un peigne se serait cassé plus d’une dent.
Sur la figure de Marc une moue renfrognée annonçait la contrariété. Plutôt que de subir sa mauvaise humeur, j’attaquai aussitôt : « Ecoute, ne fais pas cette tête ! Il ne nous dérangera pas » - «Ras le bol de ces mecs, ils sont collants comme de la glu ! Je te parie qu’il ne va pas nous quitter d’une semelle ». Pour calmer mon ami je lui rétorquai qu’il serait bien content de trouver ce jeune Berbère, pour porter sa bourriche lorsqu’elle serait pleine, ou pour plonger dans l’eau froide de l’oued, afin de récupérer les cuillers et autres leurres, qui ne manqueraient pas de s’accrocher aux racines traîtreusement tapies au fond de l’eau. « Garde simplement ton lancer, il te portera le reste » lui dis-je. Mais le visage assombri de Marc s’éclaircit soudain et s’adressant au jeune garçon il lui lança d’une voix autoritaire : « Asmek ? » (Quel est ton nom ?) « Youssouf a Sidi ». « Eh bien, Youssouf » reprit Marc dans son arabe approximatif «tu vas aller garder t’oumoubil diali. D’accord ? Et je te donnerai le flous ce soir. Sigh daba (va maintenant) » ….. Le sourire s’effaça des lèvres de Youssouf qui tourna les talons comme à regret puis, semblant en avoir pris son parti, remonta rapidement le sentier abrupt de son pas de montagnard et disparut derrière les blocs de roche et les buissons…… «tu n’aurais pas dû… » commençai-je…. Mais la voix de mon camarade me coupa brutalement : « Bon débarras ! En plus il va garder la voiture ».
Je préparai mon matériel et bientôt une cuiller argentée à points rouges plongea dans un trou d’eau de l’oued avec un «floc » caractéristique. Devant moi, Marc lançait et ramenait avec dextérité et avançant lentement le long de la rive, s’éloignait déjà vers l’amont. Heureux de me retrouver seul, loin du caractère ombrageux de mon compatriote, je lançai plusieurs fois en éventail autour du trou d’eau, mais aucune touche ne vint récompenser ma patience. Alors je suivis les traces de mon ami en priant le saint patron des pêcheurs de m’accorder la première prise….


Le temps passe vite quand on fait ce que l’on aime et je fus tout surpris de buter sur la bourriche de Marc en descendant d’un rocher. « Il est déjà deux heures, viens manger ! » me cria mon ami, installé à l’ombre maigre d’un des rares buissons de myrtes qui parsemaient la pente caillouteuse de la berge. – « As-tu pris quelque chose ? » lui répondis-je en approchant, bien que déjà renseigné par la vue de la bourriche vide. – «Rien » pesta Marc «et j’ai perdu une cuiller ». Pendant que je dévorais mes sandwiches, le grand air et la marche m’ayant ouvert l’appétit, mon compagnon se mit à me raconter comment il avait mis en fuite un groupe de jeunes Arabes qui, ayant escaladé le mur de son jardin, avaient osé cueillir SES cerises…Il s’était posté à l’affût derrière une fenêtre et avait tiré dans le feuillage au-dessus d’eux avec sa carabine 22 Long Rifle. Au bruit de la détonation, les gosses affolés étaient dégringolés de l’arbre et du mur «plus vite qu’ils n’y étaient grimpés, je te prie de le croire….et aucun n’avait dû aller se plaindre à ses parents…heureusement d’ailleurs, car la carabine, je l’ai importée sans la déclarer à la douane. Tu penses, il aurait fallu tout un tas de paperasses. ». Comme je restai silencieux, Marc soupçonnant que je n’approuvais pas ses façons de faire, reprit en riant : « Tu sais, pour les faire déguerpir, il suffit de plier un béret en forme d’étui à revolver et de se le passer dans la ceinture. S’ils s’approchent trop, tu mets la main à ton béret et c’est aussitôt une envolée de moineaux…Bon assez parlé ! Si maintenant nous faisions un commando black-bass ? » acheva Marc en bombant le torse pour se donner une allure militaire. Mais décidément les black-bass ne voulaient pas mordre à l’hameçon et l’après-midi se termina sur une bredouille comme j’en ai souvent connu. Je me consolai facilement car le spectacle de l’oued

2


dévalant entre ses rives escarpées, dont les couleurs chatoyantes changeaient d’heure en heure avec l’éclairage du soleil, valait à lui seul le déplacement. Cependant, refusant d’attribuer cette bredouille à notre maladresse, Marc en accusait le sort et, singulièrement, le mauvais sort que nous aurait jeté le jeune Berbère : « Ce maudit bronzé nous a porté la poisse » répétait-il tandis que nous grimpions lentement vers la route, nos bourriches vides nous battant les mollets à chaque pas et nous rappelant notre malchance.


Arrivés à la voiture, nous fûmes surpris de ne pas y trouver Youssouf. « Je te parie qu’il n’a rien compris ! Cet idiot ne doit parler que son berbère…ou alors trop feignant, il est allé dormir dans un coin. » …… Au loin le son d’une flûte de roseau semblait nous dire un au revoir moqueur. Exaspéré, Marc ouvrit le coffre et nous y rangeâmes notre matériel de pêche, puis comme je m’installais à l’avant près de lui, il me fit remarquer qu’en sortant de la voiture j’avais déréglé son rétroviseur intérieur. J’en doutais, mais ne voulant pas discuter pour si peu, je répondis que c’était bien possible et il mit le moteur en marche. La voiture que nous avions laissée à l’ombre était maintenant en plein soleil couchant et il régnait une chaleur éprouvante. D’un même geste, nous descendîmes les vitres des portières et Marc démarra doucement…. Alors que l’auto s’engageait entre deux haies de figuiers de barbarie, le son d’un tam-tam éclata brusquement, accompagné par la flûte dont le chant allait s’accélérant. « Ils ne pensent qu’à faire la fête » fut le seul commentaire de mon voisin.
Bercé par le ronflement du moteur, je m’assoupissais presque dans la tiédeur retrouvée de la nuit marocaine, lorsqu’un cri de Marc me réveilla soudain. Plongeant la main droite derrière son siège, il fouillait fébrilement sous la banquette arrière. « Le salaud ! Il m’a piqué ma carabine ! Le rétroviseur.... c’était lui ! Attends, je vais aller dans son douar et on va voir le chef du village. Je suis sûr de reconnaître ce gamin, même s’il ne nous a pas donné son vrai nom. Rien de plus facile que de prouver que la carabine n’est pas à lui mais à moi. »…… Soudain, le sourire de triomphe disparut du visage de mon conducteur. Il stoppa brutalement la voiture et se tournant vers moi gémît presque : « Bon sang ! Je n’ai aucun papier pour cette arme et si je vais voir les gendarmes c’est moi qui aurai des ennuis. Maudit gamin ! »

Porté par le vent du soir qui nous délivrait une fraîcheur toute relative, le son lointain d’une flûte narquoise me fit venir aux lèvres un demi-sourire. Là-bas, dans son village, Youssouf, si tel était son nom, fêtait à sa façon la leçon de politesse qu’il venait de donner à un étranger qui voulait l’empêcher d’aller à sa guise dans ses propres montagnes.
Rokie59
Envoyé le :  27/6/2007 20:29
Inscrit le: 28/2/2007
De: Dans son coeur
Envois: 0
Re: nouvelle: partie de pĂŞche
bien fait pour lui , je laime pas ce marc , belle lecon!!!!


----------------

Honore
Envoyé le :  3/7/2007 9:15
Modérateur
Inscrit le: 16/10/2006
De: Perpignan
Envois: 39619
Re: nouvelle: partie de pĂŞche
Une histoire très moralisatrice que j'ai beaucoup apprécié.
HONORE
virgule
Envoyé le :  9/7/2007 10:21
Plume de platine
Inscrit le: 12/10/2005
De: bretagne
Envois: 7414
Re: nouvelle: partie de pĂŞche
le tonton flingueur s’est fait flinguer son flingue ! Le petit youssouf, sans dire ouf, chassé des lieux, a été, d’une autre manière, à la pêche ! je l’approuve, j’en aurais fait autant et je me demande si je n’aurais pas enlever les roues histoire de rigoler ! Merci pour ce moment de lecture super sympa ! avec mille bisous
isabelle


----------------
Si tu n'as pas ce que tu aimes, aimes ce que tu as (Gainsbourg)

adn
Envoyé le :  30/7/2007 20:49
Plume de diamant
Inscrit le: 24/6/2007
De: Landes
Envois: 17463
Re: nouvelle: partie de pĂŞche
Eh bien comment tu y vas toi ? Enlever les roues ? Et comment serions nous revenus de ce bord d'oued situé fort loin de la ville ???
Pour le reste tu as raison !
Amitiés
adn
cyrael
Envoyé le :  19/2/2015 8:34
Mascotte d'Oasis
Inscrit le: 30/10/2005
De: ****
Envois: 72378
Re: nouvelle: partie de pĂŞche

j 'ai aimé lire partie de pêche

bonne journée


----------------
Certains vous rejetteront
car votre lumière est trop intense pour eux.
Continuez de rayonner.
Martin Luther King

Thogomez
Envoyé le :  21/2/2015 17:13
Plume de platine
Inscrit le: 12/3/2014
De:
Envois: 2144
Re: nouvelle: partie de pĂŞche
Une très belle narration et un beau voyage au Maroc : Mohamed 6 ; hyper précise et explicite...
Encore merci et bravo, bravo!!!


----------------

NoireLune
Envoyé le :  20/3/2018 17:11
Mascotte d'Oasis
Inscrit le: 20/11/2011
De: OĂą le rĂŞve rit...
Envois: 29673
Re: nouvelle: partie de pĂŞche

En effet situation embarrassante


Amicalement NL...


----------------
La Poésie ça sert à faire du bien...
ça dénoue le négatif...
et ça devrait être remboursé par la sécurité sociale...

MISTOU
Envoyé le :  29/3/2018 19:16
Plume d'or
Inscrit le: 22/12/2016
De:
Envois: 769
Re: nouvelle: partie de pĂŞche
Merci j'ai aimé cette partie de pêche
On pourrait dire Tel est pris qui croyait prendre. Très belle chute.
berrichonne
Envoyé le :  25/6/2018 22:12
Plume de diamant
Inscrit le: 17/6/2008
De:
Envois: 13734
Re: nouvelle: partie de pĂŞche
J'aime bien cette partie de pĂŞche moi, j'aime bien. Et puis j'aime quand s'y mĂŞle un peu de piment, et toc pour le "Marc" un superbe pied de nez.

Bonsoir Alain, bien dans ce registre aussi!!!

Mes pensées du soir.

Michèle


----------------
La vie est belle il faut savoir l'apprécier.

Fax2014
Envoyé le :  25/6/2018 23:15
Plume d'or
Inscrit le: 23/8/2014
De: AIN-BENI-MATHAR , Oujda, Maroc
Envois: 1664
Re: nouvelle: partie de pĂŞche
J'imagine la scène comme une randonnée où ses membres eurent l'occasion de mener un long dialogue mêlant le pour et le contre sur des faits pouvant avoir lieu et qui dressent tout au cours le comportement des gens surtout sur ce qui doit ou ne doit pas se faire.

Un récit bien pimenté qui se laisse lire et pousser le lecteur à la méditation comportementale des gens een quelques instants.

Merci pour de si beaux partage.





Ahmed B.


----------------
A propos de moi

L'amour que je loue aux mots et au verbe me tente énormément. C'est la raison qui fait que je me trouve ici . Je navigue donc au gré de la circonstance à travers tous les domaines du savoir, une fois pour lire ce qui me semble beau...

Par conversation | Les + récents en premier Sujet précédent | Sujet suivant |

Enregistrez-vous pour poster