Oasis des artistes: Poésie en ligne, Concours de poèmes en ligne - 6525 membres !
S'inscrire
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 


Mot de passe perdu ?
Inscrivez-vous !
Petites annonces
Qui est en ligne
266 utilisateur(s) en ligne (dont 160 sur Poèmes en ligne)

Membre(s): 1
Invité(s): 265

poemic, plus...
Choisissez
caline
Hébergez vos images
zupimages
Droits d'auteur


Copyright



Index des forums de Oasis des artistes: Le plus beau site de poésie du web / Poésie, littérature, créations artistiques...
   Prose (seuls les textes personnels sont admis)
     Au seuil du portillon
Enregistrez-vous pour poster

Par conversation | Les + récents en premier Sujet précédent | Sujet suivant | Bas
Expéditeur Conversation
provencao
Envoyé le :  1/5/2024 17:42
Plume de platine
Inscrit le: 23/4/2013
De:
Envois: 5078
Au seuil du portillon



Le portillon était ouvert, un portillon élimé par le temps, gracié du monde en un reflet lointain.
Il entre. L'air s'arrête, se crispe, se décline. Un soupir dense, un soupir lourd. Est-ce possible?
Il avance
Les feuilles rouge√Ętres s'amoncellent sur la terre, seul d√©licatement achoppait l'√©cho de mes pas.
Il avance
Au détour d'un raidillon, s'éveille le mystère,  une feuille de marronier bouge sans le moindre souffle,  le sentier semble près de tituber, dans le vide au coeur de la griffe épineuse.
Il avance
Dans tout ce chaos,  ses rêves s'éraillentt aux fragons sauvages, dont les graines sont une tache de sang
Quelques chagrins s'ennuient
Confus et fluides dans les futaies. Il avance
Une promesse sensible, endolorie  se balance , à la cadence de ses pas.
Une cabane reni√©e depuis si longtemps g√ģt √©trip√©e, une masure √©lagu√©e de tant d'absence! Il effleure du bout des doigts l'orle du bois, pour y d√©crypter le souvenir sous le soleil d'hier. Le silence y fl√Ęne,¬† en silence, son chant les harc√®le, frisson
Soudain, au loin, un oisillon essaie de battre des ailes-son cri dans le sous-bois o√Ļ l'ombre s'enlise. Pas une Aria ne suit. Il avance √©go√Įste du temps. Le moment seul l'enlace. Une peine ose la rencontre et s'√©vade . . Chaque d√©tour du sentier offre sur le souvenir son appel¬† toujours pr√©c√©dent celui qui avance. Soudain entre les rameaux,¬† un petit filet d'eau fraiche. Soudain une √©closion. Elle √©rafle¬† les feuilles,¬† la terre les bosquets aust√®res et la caresse du buxus odorant... Son murmure fend le silence,¬† nul mensonge s'√©loigne.ni √©raille.
Nulle tromperie non plus de soi contre soi
Il avance

Il se hisse, doucement, au dessus des p√Ętures, il √©pouse la cime des h√™tres,¬† vole entre les branches. Il vole, impassible, habit√© d'une aura, tranquille, d'une joie toujours √† venir.
Ambulations fiévreuses dans les méandres des songes. Tout s'abroge.  Elle là-bas y compris
Qui a disparu.
Il avance
.
.Il se r√©veille, dans une prairie assourdie, s'√©ffare¬† vaguement de ce qui l'entoure: la couleur du ciel, les oiseaux √©parpill√©s,¬† les fourmis qui lui montent sur ses jambes..le temps s'√©coule, placide. Immobile, il accueille le silence, respire le calme. Quelques d√©bris de souvenirs sans all√©geance, une souffrance d√©chir√©e sit√īt apparue, disparue.
Un trouble infime.
Le tournis des rafiots qui se dandinent, dans le flamboyant clapotis du quai, √† l'heure o√Ļ la rade dort encore.
L'hymne berce son front
  _La féerie de son rythme, dans l'unique musique de son souvenir!

L'hymne le quitte, il s'endormirait presque, si ce n'était cette halètement entêté.
Il ne serait donc pas mort?
Le calme est là, une douceur sur son visage s'est mise à s'offrir, il s'y laisse prendre, s'y laisse l'accueillir.
Elle lui susurre à l'oreille, la quiétude du moment.

Dans les airs, passe √©l√©gamment cendre grise, fragile, ardente o√Ļ encore s'inscrit l'√©cho qui l'appelle
L'écho prêt à se fondre,  dans le bleu éthéré du ciel.

Les champs de blé flottent et se craquent dans le vent, les pierres roulent
 Sous ses pas, dans les chênes Kermes, la fragrance de l'air susurre le cours d'eau, ample, s'ésquive entre les massettes.

    Il avance
Les pierres roulent sous ses pas, la peine et la joie se mêlent,
La gait√© parfois si forte, si c√Ęline, si fortement c√Ęline, bless√©, touche, peut faire mal sans m√™me savoir pourquoi.

Elle siffle, chante, crie en lui, s'attise, l'égratigne.
Il se remémore,  un moment de bonheur, mais un bonheur évité, un bonheur sans raison, il le transperce.

La peine d'un bonheur vrai.
L'ample calme de la rivière,  entre les massettes au son de verre, une estampillé de ronces en plein coeur.
Les fruitiers embaument de senteurs. Les abeilles s'y activent, perles de soleil qui valent, dans le calme dense.

    Il avance
Les pierres roulent sous ses pas, une coquille de noix vide, à l'ombre d'un peuplier se berce.
                   Les ambulations fiévreuses dans les méandres des songes

O√Ļ etait-ce?
Dans quelle vie, perdue?

Il avance.
Sphyria
Envoyé le :  1/5/2024 17:53
Mascotte d'Oasis
Inscrit le: 25/4/2021
De: France
Envois: 30523
Re: Au seuil du portillon
Une superbe prose, très expressive et très fine !
Sybilla
Envoyé le :  1/5/2024 18:44
Modératrice
Inscrit le: 27/5/2014
De:
Envois: 99758
Re: Au seuil du portillon
Bonsoir ma chère amie Véronique,

Je suis ravie de ton retour parmi nous toutes et tous !

Comme flottant au-dessus de son corps, il erre dans un univers √©trange o√Ļ des sc√®nes se d√©roulent sous ses yeux √©bahis par un halo myst√©rieux !

Superbe narration de ton très beau récit que j'ai lu avec beaucoup d'attention !



Belle soirée chère amie poétesse Véronique !
Toutes mes amitiés
Gros bisous
Sybilla


----------------
Presque toutes mes poésies ont été publiées en France et ailleurs avec les dates ""réelles"" de parution.

Le rêve est le poumon de ma vie (Citation de Sybilla)

RomanNovel
Envoyé le :  1/5/2024 20:07
Mascotte d'Oasis
Inscrit le: 27/8/2022
De: Dordogne - Originaire de Lyon
Envois: 11750
Re: Au seuil du portillon
Il y a une rubrique spéciale pour les contes et nouvelles, cet écrit n'a rien à faire dans la rubrique Vos poèmes !


----------------




provencao
Envoyé le :  2/5/2024 11:47
Plume de platine
Inscrit le: 23/4/2013
De:
Envois: 5078
Re: Au seuil du portillon
Bonjour,

Veuillez m'excuser, je n'avais jamais posé de prose jusqu'à maintenant.
Cordialement

Provencao
Par conversation | Les + récents en premier Sujet précédent | Sujet suivant |

Enregistrez-vous pour poster