Oasis des artistes: Poésie en ligne, Concours de poèmes en ligne - 6497 membres !
S'inscrire
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 


Mot de passe perdu ?
Inscrivez-vous !
Petites annonces
Qui est en ligne
65 utilisateur(s) en ligne (dont 62 sur Poèmes en ligne)

Membre(s): 1
Invité(s): 64

Tombelanuit, plus...
Choisissez
Mon fils khalil-été 2010
Hébergez vos images
zupimages
Droits d'auteur


Copyright



Index des forums de Oasis des artistes: Le plus beau site de poésie du web / Poésie, littérature, créations artistiques...
   Vos po√®mes ***UN SEUL PAR JOUR*** Les "po√®mes" √©rotiques descriptifs ne sont pas les bienvenus sur ce site
     La fille du train
Enregistrez-vous pour poster

Par conversation | Les + récents en premier Sujet précédent | Sujet suivant | Bas
Expéditeur Conversation
Freder
Envoyé le :  23/8/2022 11:20
Plume d'argent
Inscrit le: 4/8/2019
De:
Envois: 339
La fille du train
Le train allait de tout son long.
Elle demeurait immobile.
Des champs de bl√© m√Ľr aussi blonds
Que ses cheveux passaient à la file.

Il lui envoya un regard
O√Ļ il avait tach√© de mettre
Toute son √Ęme. Son regard
Se reflétait dans la fenêtre.

Il ne voulait rien ajouter,
Rien retrancher à sa personne,
Gardant toute la volupté
De la perfection qui se donne.

Elle avait d'admirables yeux
Avec du bleu dans les prunelles
Qui reflétait l'azur radieux
Que l'on contemple dans le ciel.

C'était le bonheur de sa vie
De voir ces yeux le regarder.
Il n'espérait avec envie
Que ce moment pour exister.

Sur son visage aux traits charmants
Se dessinait celui d'un ange,
Et c'est là les ravissements
Que le ciel couvre de ses louanges.

Le dernier volant de sa robe
Laissait appara√ģtre son pied,
Et qu'une bottine l'enrobe
Donne une gr√Ęce qui lui sied.

Il regardait sans retenue
Les effilés de sa coiffure
Caressant son épaule nue
Comme une authentique gravure.

Comme elle lui souriait alors,
Une fossette se creusait
Dans sa joue, ajoutant encore
Plus de charmes à ce qu'elle était.

Il eut alors beaucoup de mal
A dissimuler l'émotion
Qui l'étreignait tant ses joues pales
Devenaient rouge vermillon.

Il se disait qu'un beau sourire
Au milieu de ses beaux atours
Pouvait bien sembler recouvrir
Une belle histoire d'amour.

Il était tout enseveli
Dans le monde des rêveries,
Ne gardant les deux yeux fermés
Que pour mieux se l'imaginer.

Ses doigts glissant dans ses cheveux
Découvraient un grain de beauté
Contre la tempe et cet aveu
Augmentait sa félicité.

Il considérait son mouchoir
Blanc comme un objet particulier
Et le voir ainsi se mouvoir
Ne cessait pas de l'intriguer.

A son poignet, un bracelet
Accompagnait les mouvements
De sa main tournant les feuillets
D'un roman de Chateaubriant.

De temps en temps, elle collait
Son front rêveur contre la vitre.
Le mystère qui l'entourait
Le fascinait à plus d'un titre.

A ce moment là, l'univers
Tout autour avait disparu.
Il ne vivait plus qu'à travers
Chacun de ses gestes attendus.

Tout ce qui l'animait tombait
Dans son esprit comme de lourds
Métaux dans un four, avivait
La flamme et faisait de l'amour

Elle arrêtait sur lui ses yeux
Un instant. Alors, il sentait
Son coeur s'embraser, prendre feu,
Ses regards pénétrer d'un trait

Son √Ęme comme ses rayons
De soleil au fond de l'eau vive.
Il ressentait un abandon,
Une dépendance exclusive.

Il était tout occupé d'elle.
Entièrement, uniquement.
Ce doux vertige émotionnel
Le torturait secrètement.

Il tournait dans son désir comme
Un prisonnier dans son cachot.
Pris d'un sentiment que l'on nomme
"Passion", il n'osait pas les mots.

Mais le train arriva à quai.
Toutes les histoires s'achèvent.
Il ne la revit plus jamais.
C'en était fini de son rêve.

La vie vous prête un moment
Une présence, une lumière
Pour y mettre nos coeurs brulants,
Puis les reprend, flammes éphémères.

Les passions s'√©loignent avec l'√Ęge,
Avec le passé comme témoin,
Comme on regarde dans les nuages
Un vol d'oiseaux s'enfuyant au loin.









----------------
Essayons d'être heureux, ne serait ce que pour donner l'exemple.

massin
Envoyé le :  23/8/2022 12:44
Plume d'or
Inscrit le: 25/12/2014
De:
Envois: 1397
Re: La fille du train


Bonjour Freder,

Un magnifique et très court roman!

Merci Poète!!!!

massin.





Bacchus
Envoyé le :  23/8/2022 12:58
Plume d'or
Inscrit le: 29/7/2022
De: Versailles
Envois: 1349
Re: La fille du train
Bonjour Freder,

Un doux et long rêve qui ne laisse pas de cheminer avant de quitter l'amoureux de cet entracte éphémère.

Bravo pour cette belle emphase !

Bacchus


----------------
Cueille le jour, que la nuit en sevrage soit l'infini !
Carpe diem, nox ablactationis sit infinitum !

Sybilla
Envoyé le :  23/8/2022 14:36
Modératrice
Inscrit le: 27/5/2014
De:
Envois: 77084
Re: La fille du train
Bonjour Freder,

Ravie de ton retour parmi nous toutes et tous !

Quelle superbe poésie sur cette très belle histoire éphémère hélas et tellement bien narrée en tes très beaux vers !



Belle journée cher ami poète!
Toutes mes amitiés
Sybilla


----------------
Presque toutes mes poésies ont été publiées en France et ailleurs avec les dates "réelles" de parution.


Le rêve est le poumon de ma vie. (Citation de Sybilla)

Kristania
Envoyé le :  23/8/2022 20:17
Plume d'argent
Inscrit le: 5/4/2022
De: Au gré des flots et des voiles
Envois: 320
Re: La fille du train
Bonsoir Freder

Cette femme vous a littéralement séduit, une vision qui le temps d'un trajet vous a offert un instant magique et mémorable le tout raconté avec beaucoup de tendresse, de pudeur même.
Une belle rencontre.


----------------
Poétiquement Kristania

Par conversation | Les + récents en premier Sujet précédent | Sujet suivant |

Enregistrez-vous pour poster