Oasis des artistes: Poésie en ligne, Concours de poèmes en ligne - 8807 membres !
S'inscrire
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 


Mot de passe perdu ?
Inscrivez-vous !
Petites annonces
Qui est en ligne
23 utilisateur(s) en ligne (dont 21 sur Poèmes en ligne)

Membre(s): 2
Invité(s): 21

MICKAELLE, Fax2014, plus...
Choisissez
Volane, deux ans
HĂ©bergez vos images
Imageshack
Droits d'auteur


Copyright



Index des forums de Oasis des artistes: Le plus beau site de poésie du web / Poésie, littérature, créations artistiques...
   REGLES & USAGES
     Regard sur ma Montagne
Enregistrez-vous pour poster

Par conversation | Les + récents en premier Sujet précédent | Sujet suivant | Bas
Expéditeur Conversation
FLORAREVES
Envoyé le :  18/10/2016 3:19
Plume de soie
Inscrit le: 12/6/2011
De: Ile de la RĂ©union Sainte Anne
Envois: 196
Regard sur ma Montagne
Regard sur ma Montagne

Sur les pas du marcheur vers la Montagne,
J’ai vu tes chaussures flottées sur l’eau.
Ils sont partis sur un bateau loin de leurs compagnes,
Pour vaincre la plume et peindre leurs tableaux.

Il y a ceux qui ont découvert les reflets
Accrochés aux parois des grottes.
Et puis ceux-là mêmes qui ont divulgué tes secrets
Alors est arrivé, celui qui a rempli ses bottes.

Le soleil a brûlé leurs yeux, gloire dans les cieux !
D’un trop plein de vérités ils sont devenus aveugles.
Pour sortir du cauchemar, ils sont devenus silencieux,
Le roi conteur du désert ignore les vaches qui meuglent.

Mais toi le joueur de flûte tu es devenu leurs amis
Pour Ă©loigner des hommes la peur et leur donner la vie.
La joie de la terre est Ă©ternelle pour toutes les fourmis ;
Les porteuses de miel rendent honneur à l’eau dans le puits.

Quand l’araignée tisse sa toile, de toi je me sens aimer,
MĂŞme si autour de moi la tristesse hisse mes voiles.
Dans notre demeure nous sommes vulnérables sans la paix
Mille insectes tournent dans la danse des Ă©toiles.

Je veux m’enraciner en toi pour vaincre la tempête.
Même si le moustique essaie de m’empêcher de respirer.
Je ne serai aucunement gêné de cette défaite
Car dans ta nature, je m’y suis baignée.

Dans mon pays chaud, je crains la mouche,
Elle a le pouvoir de nous créer mille tourments.
La fourmi avec son sens de l’organisation nous touche,
Econome, travailleuse on la célèbre jusqu’au firmament.


FLORAREVES
Par conversation | Les + récents en premier Sujet précédent | Sujet suivant |

Enregistrez-vous pour poster