Oasis des artistes: Poésie en ligne, Concours de poèmes en ligne - 8832 membres !
S'inscrire
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 


Mot de passe perdu ?
Inscrivez-vous !
Petites annonces
Qui est en ligne
18 utilisateur(s) en ligne (dont 15 sur Poèmes en ligne)

Membre(s): 1
Invité(s): 17

Capricorne, plus...
Choisissez
no title
HĂ©bergez vos images
Imageshack
Droits d'auteur


Copyright



Index des forums de Oasis des artistes: Le plus beau site de poésie du web / Poésie, littérature, créations artistiques...
   Jeux poĂ©tiques
     Mots imposĂ©s ...
Enregistrez-vous pour poster

Par conversation | Les + récents en premier Sujet précédent | Sujet suivant | Bas
Expéditeur Conversation
jessye
Envoyé le :  3/6/2016 17:25
Plume de diamant
Inscrit le: 17/12/2006
De:
Envois: 17935
Mots imposés ...
je courais le long du grand ruisseau
je n'avais pas vu si vite le temps passé
assise sur une pierre j'Ă©coutais ses sanglots
et la marguerite doucement j’effeuillais


timide-lune-scabreux-bracelet


----------------

cocan
Envoyé le :  3/6/2016 17:41
Plume de platine
Inscrit le: 3/1/2012
De: france
Envois: 4550
Re: Mots imposés ...
je courais le long du grand ruisseau
je n'avais pas vu si vite le temps passer
assise sur une pierre j'Ă©coutais ses sanglots
et la marguerite doucement j’effeuillais

Mon dieu je suis tellement timide
le bracelet je n'oserai lui donner
ma lune posée sur la pierre humide
c'est scabreux, je vais bientĂ´t tomber

suite : fourmi, passion, Norvège, feuille


----------------
FPC for ever, FTA avec modération

jessye
Envoyé le :  3/6/2016 17:53
Plume de diamant
Inscrit le: 17/12/2006
De:
Envois: 17935
Re: Mots imposés ...
je courais le long du grand ruisseau
je n'avais pas vu si vite le temps passer
assise sur une pierre j'Ă©coutais ses sanglots
et la marguerite doucement j’effeuillais

Mon dieu je suis tellement timide
le bracelet je n'oserai lui donner
ma lune posée sur la pierre humide
c'est scabreux, je vais bientĂ´t tomber

il était la en face les fourmis m’assaillaient
la passion me faisait comme une feuille trembler
sur une carte de Norvège soudain j'écrivais
Ă  l'inconnu en face assis sur son rocher

lumière- haleine- pédale-colombe



----------------

cocan
Envoyé le :  3/6/2016 18:13
Plume de platine
Inscrit le: 3/1/2012
De: france
Envois: 4550
Re: Mots imposés ...
je courais le long du grand ruisseau
je n'avais pas vu si vite le temps passer
assise sur une pierre j'Ă©coutais ses sanglots
et la marguerite doucement j’effeuillais

Mon dieu je suis tellement timide
le bracelet je n'oserai lui donner
ma lune posée sur la pierre humide
c'est scabreux, je vais bientĂ´t tomber

il était là en face les fourmis m’assaillaient
la passion me faisait comme une feuille trembler
sur une carte de Norvège soudain j'écrivais
Ă  l'inconnu en face assis sur son rocher

oh ma douce colombe posée là devant moi
j'étais venu en vélo, un fou de la pédale
Ă  en perdre l'haleine tellement fou de joie
et là sous la lumière je tremblais tel un cheval

Maurice, palet, champignon, passion


----------------
FPC for ever, FTA avec modération

jessye
Envoyé le :  3/6/2016 18:25
Plume de diamant
Inscrit le: 17/12/2006
De:
Envois: 17935
Re: Mots imposés ...
je courais le long du grand ruisseau
je n'avais pas vu si vite le temps passer
assise sur une pierre j'Ă©coutais ses sanglots
et la marguerite doucement j’effeuillais

Mon dieu je suis tellement timide
le bracelet je n'oserai lui donner
ma lune posée sur la pierre humide
c'est scabreux, je vais bientĂ´t tomber

il était là en face les fourmis m’assaillaient
la passion me faisait comme une feuille trembler
sur une carte de Norvège soudain j'écrivais
Ă  l'inconnu en face assis sur son rocher

oh ma douce colombe posée là devant moi
j'étais venu en vélo, un fou de la pédale
Ă  en perdre l'haleine tellement fou de joie
et là sous la lumière je tremblais tel un cheval

enchantée Maurice moi c'est Marguerite
j'ai le palet collé ça doit être l'émotion
j'étais aux champignons je n'ai aucun mérite
car je reviens bredouille pourtant c'est ma passion

crocodile chaleur basilic désert


----------------

cocan
Envoyé le :  3/6/2016 18:34
Plume de platine
Inscrit le: 3/1/2012
De: france
Envois: 4550
Re: Mots imposés ...
je courais le long du grand ruisseau
je n'avais pas vu si vite le temps passer
assise sur une pierre j'Ă©coutais ses sanglots
et la marguerite doucement j’effeuillais

Mon dieu je suis tellement timide
le bracelet je n'oserai lui donner
ma lune posée sur la pierre humide
c'est scabreux, je vais bientĂ´t tomber

il était là en face les fourmis m’assaillaient
la passion me faisait comme une feuille trembler
sur une carte de Norvège soudain j'écrivais
Ă  l'inconnu en face assis sur son rocher

oh ma douce colombe posée là devant moi
j'étais venu en vélo, un fou de la pédale
Ă  en perdre l'haleine tellement fou de joie
et là sous la lumière je tremblais tel un cheval

enchantée Maurice moi c'est Marguerite
j'ai le palet collé ça doit être l'émotion
j'étais aux champignons je n'ai aucun mérite
car je reviens bredouille pourtant c'est ma passion

je suis ra ra ravi de vous co co connaitre
mon dieu quelle chaleur, mon basilic est sec
je me sens comme un crocodile qui vient de naitre
il fait meilleur dans le désert, sans dec



secousse, moulin, vermicelle, rouge


----------------
FPC for ever, FTA avec modération

jessye
Envoyé le :  3/6/2016 18:42
Plume de diamant
Inscrit le: 17/12/2006
De:
Envois: 17935
Re: Mots imposés ...
mon dieu j'ai chaud je ressens les secousses
votre vermicelle Ă´ doit ĂŞtre tout rouge
vous bégayer sans fin, rosie votre frimousse
allons donc au moulin sous les hélices qui bougent

sommeil chagrin crépuscule visage



----------------

cocan
Envoyé le :  3/6/2016 18:54
Plume de platine
Inscrit le: 3/1/2012
De: france
Envois: 4550
Re: Mots imposés ...
je courais le long du grand ruisseau
je n'avais pas vu si vite le temps passer
assise sur une pierre j'Ă©coutais ses sanglots
et la marguerite doucement j’effeuillais

Mon dieu je suis tellement timide
le bracelet je n'oserai lui donner
ma lune posée sur la pierre humide
c'est scabreux, je vais bientĂ´t tomber

il était là en face les fourmis m’assaillaient
la passion me faisait comme une feuille trembler
sur une carte de Norvège soudain j'écrivais
Ă  l'inconnu en face assis sur son rocher

oh ma douce colombe posée là devant moi
j'étais venu en vélo, un fou de la pédale
Ă  en perdre l'haleine tellement fou de joie
et là sous la lumière je tremblais tel un cheval

enchantée Maurice moi c'est Marguerite
j'ai le palet collé ça doit être l'émotion
j'étais aux champignons je n'ai aucun mérite
car je reviens bredouille pourtant c'est ma passion

je suis ra ra ravi de vous co co connaitre
mon dieu quelle chaleur, mon basilic est sec
je me sens comme un crocodile qui vient de naitre
il fait meilleur dans le désert, sans dec

mon dieu j'ai chaud je ressens les secousses
votre vermicelle Ă´ doit ĂŞtre tout rouge
vous bégayez sans fin, rosie votre frimousse
allons donc au moulin sous les hélices qui bougent

mais j'ai déjà sommeil, je suis un couche-tôt
je me mets sous la couette quand vient le crépuscule
le chagrin apparait sur ce visage si beau
vous auriez préféré qu'un peu je vous bouscule??



bigoudi, furieuse, porte-jaretelles, macédoine


----------------
FPC for ever, FTA avec modération

jessye
Envoyé le :  4/6/2016 11:42
Plume de diamant
Inscrit le: 17/12/2006
De:
Envois: 17935
Re: Mots imposés ...
je courais le long du grand ruisseau
je n'avais pas vu si vite le temps passer
assise sur une pierre j'Ă©coutais ses sanglots
et la marguerite doucement j’effeuillais

Mon dieu je suis tellement timide
le bracelet je n'oserai lui donner
ma lune posée sur la pierre humide
c'est scabreux, je vais bientĂ´t tomber

il était là en face les fourmis m’assaillaient
la passion me faisait comme une feuille trembler
sur une carte de Norvège soudain j'écrivais
Ă  l'inconnu en face assis sur son rocher

oh ma douce colombe posée là devant moi
j'étais venu en vélo, un fou de la pédale
Ă  en perdre l'haleine tellement fou de joie
et là sous la lumière je tremblais tel un cheval

enchantée Maurice moi c'est Marguerite
j'ai le palet collé ça doit être l'émotion
j'étais aux champignons je n'ai aucun mérite
car je reviens bredouille pourtant c'est ma passion

je suis ra ra ravi de vous co co connaitre
mon dieu quelle chaleur, mon basilic est sec
je me sens comme un crocodile qui vient de naitre
il fait meilleur dans le désert, sans dec

mon dieu j'ai chaud je ressens les secousses
votre vermicelle Ă´ doit ĂŞtre tout rouge
vous bégayez sans fin, rosie votre frimousse
allons donc au moulin sous les hélices qui bougent

mais j'ai déjà sommeil, je suis un couche-tôt
je me mets sous la couette quand vient le crépuscule
le chagrin apparait sur ce visage si beau
vous auriez préféré qu'un peu je vous bouscule??

Me bousculer dites-vous, je n'ai de porte-jarretelles
je mange de la macédoine pour fondre mes rondeurs
je mets des bigoudis pour sembler ĂŞtre belle
et je me teint en rousse pour avoir des couleurs

exécrable château sortilège potiron


----------------

Lochaber
Envoyé le :  28/8/2016 21:52
Plume de platine
Inscrit le: 19/8/2009
De: Normandie
Envois: 7824
Re: Mots imposés ...


Proposition :

7 mots : Orchidée - golfe - jeu - métro - orangeade - oreiller - amante - 3 verbes : démonter - choisir - réparer
anaisac41
Envoyé le :  30/8/2016 13:21
Inscrit le: 29/8/2016
De:
Envois: 1
Re: Mots imposés ...
Citation :

jessye a Ă©crit :
je courais le long du grand ruisseau
je n'avais pas vu si vite le temps passer
assise sur une pierre j'Ă©coutais ses sanglots
et la marguerite doucement j’effeuillais

Mon dieu je suis tellement timide
le bracelet je n'oserai lui donner
ma lune posée sur la pierre humide
c'est scabreux Assurance décès, je vais bientôt tomber

il était la en face les fourmis m’assaillaient
la passion me faisait comme une feuille trembler
sur une carte de Norvège soudain j'écrivais
Ă  l'inconnu en face assis sur son rocher

lumière- haleine- pédale-colombe



C'est très joli ce petit poème. Ça fait vraiment rêver. Merci
jessye
Envoyé le :  31/8/2016 17:29
Plume de diamant
Inscrit le: 17/12/2006
De:
Envois: 17935
Re: Mots imposés ...
Je suis partie au golf parce que j'aime le jeu
j'ai choisi de boire avant une orangeade
l'épaule démontée me brûlait comme le feu
d'avoir tirer trop fort j'avais le bras en rade

j'ai pris le métro pour renter chez moi
mon amante Ă©tait lĂ  pour passer la pommade
elle a réparé le mal est revenue ma joie
et sur l'oreiller enfin nos corps s'Ă©vadent

balançoire- bois-marjolaine- professeur-plaisir-tristesse
verbes : pleurer-adoucir-soustraire


----------------

cocan
Envoyé le :  31/8/2016 18:10
Plume de platine
Inscrit le: 3/1/2012
De: france
Envois: 4550
Re: Mots imposés ...
Je suis partie au golf parce que j'aime le jeu
j'ai choisi de boire avant une orangeade
l'épaule démontée me brûlait comme le feu
d'avoir tirer trop fort j'avais le bras en rade

j'ai pris le métro pour renter chez moi
mon amante Ă©tait lĂ  pour passer la pommade
elle a réparé le mal est revenue ma joie
et sur l'oreiller enfin nos corps s'Ă©vadent

tristesse s'est envolée, j'ai fini de pleurer
Marjolaine adoucit peines accumulées
elle soustrait de mon coeur le mal et les soupirs
dans ses bras je renais aux joies et au plaisir

professeur de l'amour, elle me berce en douceur
et je revois en songe la toute première heure
Marjolaine dans le bois, sur une balancoire
et moi tout attendri dans la tiédeur du soir



chanson, couleur, ciel, robe, feuille, larme, miracle
comprendre, souhaiter, sembler


----------------
FPC for ever, FTA avec modération

jessye
Envoyé le :  19/9/2016 18:53
Plume de diamant
Inscrit le: 17/12/2006
De:
Envois: 17935
Re: Mots imposés ...
Je suis partie au golf parce que j'aime le jeu
j'ai choisi de boire avant une orangeade
l'épaule démontée me brûlait comme le feu
d'avoir tirer trop fort j'avais le bras en rade

j'ai pris le métro pour renter chez moi
mon amante Ă©tait lĂ  pour passer la pommade
elle a réparé le mal est revenue ma joie
et sur l'oreiller enfin nos corps s'évadent 

tristesse s'est envolée, j'ai fini de pleurer
Marjolaine adoucit peines accumulées
elle soustrait de mon coeur le mal et les soupirs
dans ses bras je renais aux joies et au plaisir

professeur de l'amour, elle me berce en douceur
et je revois en songe la toute première heure
Marjolaine dans le bois, sur une balancoire
et moi tout attendri dans la tiédeur du soir

elle souhaitait me chanter un douce chanson
en tournant dans sa robe de mille et une couleurs
dans ses yeux on lisait la passion
et mes larmes coulaient face Ă  sa douceur

il me semblait du ciel voir des feuilles tomber
Ă©tais-ce un miracle de la voir sourire
la prendre dans mes bras Ă©tait ce que je souhaitais
à présent je savais que ma vie serait son avenir


action peur baiser Ă©criture valse Ă©toile soupir
laver actionner maronner


----------------

Thogomez
Envoyé le :  7/10/2016 22:03
Plume d'or
Inscrit le: 12/3/2014
De:
Envois: 912
Re: Mots imposés ...
Comme l'action d'un bruit de moteur , je me suis mis a maronner
Je fus saisis par une peur Ă©trange sous les Ă©toiles , il y eu un long soupir .
Telle une valse sortie d'une orgue de barbarie , oĂą dans chaque refrains
Revenait le mot , baiser !
De ces belles dames amoureuses d'un été sans fin .
Mon écriture décrivait la scène romantique .
J'avais alors l'esprit laver de toutes inquiétudes dans une volupté infinie .


----------------

Par conversation | Les + récents en premier Sujet précédent | Sujet suivant |

Enregistrez-vous pour poster